viernes, 12 de octubre de 2012

Saint-Simon: Una frase que es un cuento


NUESTRAS MÁS RECIENTES NOVEDADES


CHARLES IV, DUC DE LORRAINE


Ami de tous les partis, fidèle à aucun, souvent dépouillé de ses États, et tantôt les abdiquant, puis les reprenant, tantôt en France avec les rebelles, puis à la cour, tantôt à la tête de ses troupes sans feu ni lieu qu'il faisait subsister aux dépens d'autrui, et y vivant lui-même, d'autres fois au service de la France, puis de l'empereur, après de l'Espagne, souvent à Bruxelles, enfin enlevé et conduit prisonnier en Espagne; toujours marié, et jamais avec la duchesse Nicole, héritière de Lorraine, sa cousine germaine, fille aînée d'Henri, duc de Lorraine, frère aîné de son père, qu'il avait épousée en 1621, dont il n'eut point d'enfants et qu'il perdit en janvier 1657, ni avec Marie, fille unique de Charles, comte d'Apremont, qu'il épousa en 1665, et dont il n'eut point d'enfants encore, et qu'il laissa veuve en septembre 1675 qu'il mourut.


Chronique de l'année 1697.


LOUIS DE ROUVROY, duque de SAINT-SIMON




CARLOS IV, DUQUE DE LORENA


Amigo de todos los partidos, fiel a ninguno, despojado a menudo de sus Estados, ya renunciando a ellos y luego retomándolos; ya en Francia con los rebeldes y luego en la Corte, ya a la cabeza de sus tropas errantes, que hacía subsistir a expensas de los demás y viviendo él mismo con ellas; otras veces al servicio de Francia, luego del Emperador, más tarde de España, a menudo de Bruselas, por último capturado y conducido a España como prisionero; siempre casado con y nunca en compañía de la duquesa Nicolasa, heredera de Lorena, su prima hermana, hija mayor de Enrique, duque de Lorena, hermano mayor de su padre, a quien había hecho su mujer en 1621, de quien no tuvo hijos y a la que perdió en enero de 1657, ni de María, hija única de Carlos, conde de Aspremont, a quien desposó en 1665 y de quien tampoco tuvo hijos, y a quien dejó viuda en septiembre de 1675, año en que murió.


Traducción de Miguel Ángel Frontán.